Construire ensemble la Convergence
suivez le CDRT sur Linkedin

L'Uberisation des télécoms : compte rendu du dîner du 4 février

an0402-1

Notre 16éme dîner Parisien du jeudi  4 février 2016 s'est déroulé pour la deuxième fois au restaurant de l’Assemblée Nationale. 

Cet évènement a été un beau succès avec plus de  quarante-cinq dirigeants  Réseaux et Télécoms avec une formule de table ronde  animée par Stéphane Grasset et Philippe Sordet avec la participation de l’auditoire et 4 interventions pertinentes sur un thème d’actualité « l’ubérisation en général et plus particulièrement l’ubérisation des télécoms et de l’IT Mythe ou Réalité ». Nous avons eu de nombreuses réactions de la salle suite aux interventions de nos speakers sur un sujet de société où chacun a son avis.

Nous avons également pu accueillir 2 nouveaux adhérents Parisiens, et nous sommes maintenant près de 90 membres répartis sur Paris, Lyon et Aix en Provence.

  •   Fabrice Tusseau PDG de l’intégrateur IT DCI qui fait plus de 50 millions d’€ de CA
  •   Bernard Lemoine nouveau PDG de l’opérateur Nerim

Les prochains événements du CDRT :

  •          La participation au salon IT Partners les 9 et 10 mars à Eurodisney stand N° U 40
  •           Le dîner à Lyon  sur le thème ;   Les RSE nouveaux supports de la collaboration unifiée ,   le jeudi 22 Avril.
  •           Un  dîner  ou un atelier à Aix en Provence sur la marque blanche opérateur sera prévu sans doute début Avril.
  •           Le 17 éme dîner Parisien sans doute le jeudi 12 mai (à confirmer) sur le thème : «  La rupture technologique des modèles avec la fermeture en 2025 du réseau historique des télécommunications avec l’arrêt du réseau RTC, des lignes analogiques et RNIS, quels impacts sur notre secteur Réseaux et Télécoms. »
  •          Le CDRT participera pour la deuxième année consécutive à la Cloud week Paris organisée par Eurocloud du 4 au 8 juillet 2016. Nous travaillons sur un thème.

srocheNous avons eu le plaisir d'accueillir Sylvie Roche, le directeur délégué du CRIP le cercle de Confiance des Responsables d’Infrastructure et de Production avec 300 sociétés adhérentes ( GE et ETI) et plus de 4000 membres . Elle nous a présenté ITES ( Information technology European Submit) qui se tiendra à Deauville les 17 et 19 mars, le thème sera  sur les ruptures d’usages et de technologies. Nous envisageons de nous joindre à leur évènement sur la communication unifiée en septembre.

 

Synthése des interventions : table ronde

table0402

Cette table ronde a été vraiment l'occasion de communiquer un message plutôt  optimiste sur l’ubérisation surtout dans notre secteur qui  serait plutôt de redonner du pouvoir à nos clients en leur apportant du service et de l’autonomie. L’ubérisation est plus dans la continuité d’une rupture de notre façon de consommer que technologique par l’intermédiaire de plates-formes qui facilitent la rencontre entre l’usager et le fournisseur sans passer par des intermédiaires et en permettant d’utiliser de la ressource disponible à tout moment moyennant finance  ( exemples d’Uber ,  Airbnb , etc) . Les actifs n’appartiennent pas à la plate-forme qui est souvent à l’étranger ,  elle ne paye pas de taxes en France , ce qui pose un vrai problème de concurrence.

phhoudouinPour Philippe Houdouin PDG de l’opérateur Keyyo , il souhaite remettre l’utilisateur au cœur du débat par 3 leviers :

  •           En utilisant l’infrastructure disponible de façon optimale
  •          En utilisant le levier du numérique
  •           En utilisant plus efficacement la ressource humaine

 

Selon Mac Arthur précurseur dans l’ubérisation «  Il faut faire du business sur des ressources non utilisées »

Keyyo propose de redonner du pouvoir à l’utilisateur à partir d’une seule et même interface commercialisée en marque blanche.  L’opérateur de réseau devient un fournisseur et les services à VA sont chez le partenaire et le client.

HsabreSelon Hicham Sabre responsable département paiement et encaissement d’Orange qui intervenait en son nom propre, l’impact de l’ubérisation sur l’emploi reste encore marginal mais cela nous annonce de gros changements sur l’emploi. Aux USA plus de 34% des emplois ( 54 millions) sont en free lance en France nous avons 10% d’indépendants essentiellement des auto entrepreneurs avec souvent un revenu moyen par trimestre de 3200€. La demande de protection sociale peut être un frein important à l’ubérisation.

Ci-joint le lien de la présentation sur l’uberisation et l’emploi à travers différents secteurs : https://drive.google.com/file/d/0B8Tqyci_2zdvNjFrZnRJOWhUYTA/view?usp=sharing

  • Les premiers & principaux métiers concernés sont les métiers de l’interaction avec les clients finaux agences immobilières, agences de voyages, commerce de proximité, etc
  •  Beaucoup de professions ne seront pas ubérisés mais la manière dont elles seront contactées elles le seront : tels que les médecins, plombiers, etc.. sans doute les télécoms et l’IT pour des raisons de sécurité et du haut niveau d’exigence en qualité ne devraient pas être trop touchés
  • L’observatoire du long terme estime l’impact de l’ubérisation à 14% du total des emplois soit 1 emploi sur 7. Seront surtout concernée les emplois redondants.

Ce qui va se développer et se développe déjà aux US sont les  Gig Work , la Gig economy décrit des activités temporaires exercées par des travailleurs indépendants ,en France, on pourrait l’appeler l’économie des petits boulots. C’est bla bla Car , Air BnB, la boutique ebay

Voici quelques pistes pour profiter de l’impact de  l’ubéristation

  • Uberiser soit même ses services et ses produits (exSosh,OuiGO,OuiBus, etc..)
  • Concevoir des produits ou services « client centric », évolutifs et simples d’utilisation,  c’est un peu ce que s’efforce de faire Keyyo
  • Faire de l’innovation un enjeu majeur de l’entreprise ainsi que  satisfaction et connaissance  du client (les chauffeurs d’uber sont notés par les clients), il faut une évaluation.
  • Rester le plus proche  possible du client pour éviter de se faire intermédier. C’est souvent les secteurs où les services aux clients ont un mauvais rapport qualité/prix qui se font ubériser
  • Casser les silos au sein de l’entreprise pour éviter les effets tunnels
  • Encourager la formation continue des salariés et privilégier l’innovation salariale interne

ygourvYann Gourvennec CEO& fondateur de Visionary Marketing.   M Lévy de Publicis parle de l’ubérisation mais aux USA on parle de GIG Economy

Il y a un double débat : certains parlent de destruction massive d’emplois (5 millions selon le WEF 2016 / 1 million de vendeurs selon Forrester )  d’autres parlent de création massive de travail (déstructuré)

La création de job dans le monde grâce  à l’ubérisation serait de 2 millions d’emplois avec une destruction de 7 millions

Au total, cette révolution entraînerait la disparition de 5,1 millions d’emplois dans le monde entre 2015 et 2020, indépendamment de toute nouvelle crise. Ce qui finalement est peu.

Voir ci-joint la  présentation de Yann

MArthurMarc Arthur Gauthey  notre représentant de génération Y , co fondateur de la communauté  Oui share , un accélérateur d’idées et de projets dédiés à l’émergence de la société collaborative , pense que nous allons vers des systèmes d’organisations horizontaux et distribués.

Le manifeste du collectif OuiShare, dont l’ambition est de construire une société basée sur le partage, la collaboration et la contribution, c’est une approche très nouvelle , disruptive

Selon le collectif et Marc Arthur , héritières de la philosophie libérale et de son profond pessimisme anthropologique, nos institutions sont à bout de souffle. Les hiérarchies héritées du passé s’effritent en même temps que la légitimité des élites politique et économique. Nos modes d’organisation, obsédés par le contrôle et la compétition, sont en décalage complet avec les logiques participatives véhiculées par les nouvelles technologies et les nouvelles générations ( X et Y) . Face à la crise profonde du système représentatif, les nouveaux outils technologiques constituent une invitation à renouer avec les racines participatives de la démocratie.

Ce manifeste  voit l’évolution de notre société sous 5 angles

-          Travail : Il s’agit de redonner toute sa place au travail humain, en valorisant la multiplicité de ses formes matérielles et immatérielles

-          Éducation : L’accès à l’apprentissage n’étant plus limité dans le temps et l’espace, l’heure est venue d’une éducation collaborative, ouverte à tous, tout au long de la vie

-          Organisations : L’émancipation des travailleurs passe aujourd’hui par la gouvernance collaborative, « l’horizontalisation » des organisations, la féminisation du leadership et la distribution de la prise de décision

-          Production : L’émergence d’outils numériques et de lieux physiques destinés à promouvoir une production distribuée (fab labs et autres lieux d’innovation ouverts) permettent la réappropriation des moyens de production et la répartition équitable de la valeur

-          Environnement : Grâce aux nouveaux outils de mobilisation, chacun peut prendre sa part pour enrichir et protéger les biens communs physiques et immatériels menacés.

http://livre.fnac.com/a8155325/Ouishare-Societe-collaborative

NB: Le collectif OuiShare Association loi 1901 fondée en janvier 2012 à Paris, OuiShare est un acteur international de premier plan dans le domaine de l’économie collaborative. Il s’appuie sur 80 membres actifs