Converger ensemble vers les communications et la collaboration unifiées

Le LIFI une alternative au WIFI ?

lyon512-jl

Article écrit par Jacques Le Berre - suite à son intervention au cours du dîner CDRT de Lyon du 5 décembre 2017
 
Jacques Le Berre

Par Jacques Le Berre 
Directeur - International Business Development - Marketing & Innovation Management - Electronique Eclairage Automobile


Le CDRT (Club des Dirigeants en Réseau et Télécom (http://cdrt.fr/) s'est intéressé à cette question lors de ses conférences de l'automne 2017 à Paris et à Lyon.

Quelques clics sur internet pourraient vous donner l'impression que le LIFI est là, et que si vous ne l'utilisez pas aujourd'hui, vous êtes en retard ! Des articles de plus de 5 ans en annoncent les mérites de vitesse, d'immunité aux interférences électromagnétiques, de solutions au « spectrum crunch » sans pour autant déclencher une adoption en volume de cette prometteuse technologie.

Alors, le LIFI est-il un mythe ? Qu'en est-il vraiment ? Que sommes nous en droit d'attendre ?

Non à la fois pour le mythe et, pour les anxieux, soyez rassurés, vous n'êtes pas en retard non plus. Pour les professionnels du secteur, la course à cependant commencer ! Soyez vigilants et commencez à vous intéresser au sujet : le LIFI arrive ! Voici un point de vue technique.

Tout d'abord, clarifions les termes, le LIFI offre deux grandes classes d'application : GEOLOCALISATION ou INTERNET.

La première est simple d'un point de vue matérielle : la source lumineuse est équipée d'un « tag » lumineux programmé en usine qu'elle répétera inlassablement toute sa vie. Tout appareil situé dans le cône de lumière recevra ce tag et saura se situer : simple et très précis, c'est le GPS de l'intérieur ! Il est facilement déployable dans tout environnement où est présent de l'éclairage .... C'est-à-dire partout. Bien sûr, la cartographie des lieux et la connaissance exacte de la position de chacune des lampes est un prérequis. De plus, il suffit de substituer environ 10 à 20% des sources lumineuses pour disposer d'une infrastructure de géolocalisation. L'intelligence du système est au niveau central et dans l'application préalablement chargée dans le smartphone ; le décodage du tag lumineux étant assuré par la caméra. Pour quel service ? Les idées sont nombreuses : le guidage des personnes dans un lieu public, la contextualisation d'un flux d'information dans un magasin (coupon, alertes, ...), la recherche de produits rares dans un supermarché, retrouver sa voiture dans un parking, ... La RATP a mis en place depuis 2016 ce système de géolocalisation LIFI à titre expérimental dans la station La Défense alors que l'intégralité du métro Parisien est déjà éclairé avec des LED.

La géolocalisation LIFI est aujourd'hui prête ; c'est-à-dire, éprouvée dans de nombreux sites pilotes (supermarché, hall publique, ...) et intégrée dans des luminaires commercialisés.

Mais, la géolocalisation quoiqu'intéressante n'est pas le Graal visé : l'INTERNET, voilà le trésor convoité, en complément dans un premier temps, puis en rival du WIFI. L'ambition est belle. Mais qu'en est-il aujourd'hui ?

La bonne nouvelle d'abord : la technologie sort des laboratoires et s'aventurent dans des sites pilotes, signe que l'intérêt est là. Ainsi, en France, SOGEPROM, NEXITY, la maternité de l'hôpital de Perpignan, ... ont équipé de quelques salles de réunion à l'ensemble d'un bâtiment de l'internet LIFI. Des sites extérieurs tentent l'expérience comme la mairie de Massy. Il s'agit là d'un accès internet full duplex par la lumière. Les technologues en retirent enseignements et piste d'amélioration, les commerciaux y font leurs premiers référencements et préparent leur vitrine de solutions innovantes, les opérateurs réfléchissent à de nouveaux services et modes d'utilisation. Bref, les balbutiements d'une nouvelle technologie prometteuse.

Imaginez ... le chargement d'un film en 1 minute, un signal que vos voisins ne peuvent pas « écouter », un espace libérer d'ondes dont nous ignorons la réalité de leur nocivité.

Mais alors pourquoi n'observons nous pas un raz de marée tout de suite ? Les performances annoncées sont pourtant déjà impressionnantes (40 Mbit/s full duplex) en exploitation alors qu'en laboratoire, les 224 Gbit/s sont annoncés. Avançons plusieurs raisons :

Tout d'abord, à tout seigneur tout honneur : La qualité du service rendu par la WIFI est déjà bonne. La WIFI est déjà largement diffusée, s'implante chaque jour davantage et s'améliore en robustesse, vitesse, sécurité, ... (eg. 802.11ac - Wave 2 qui élargit la bande passante, augmente le débit et multiplie le nombre d'utilisateurs (MU-MIMO)). Son intégration dans l'ensemble des équipements mobiles (PC, tablette, smartphone) en fait la solution de la mobilité en complément des réseaux 3/4G. Le WIFI est aujourd'hui LE standard universel. Le WIFI remplace efficacement et élégamment la connexion filaire (Ethernet / RJ45) qui encombre nos bureaux et soulage les réseaux 3G/4G. Il est devenu tellement universel que lorsque vous réservez votre location de vacances, vous vérifiez simplement si il est équipé WIFI ... et la réponse est OUI !

Une seconde cause est la méconnaissance de l'ensemble des acteurs et l'inertie au démarrage : le LIFI, issu des acteurs de l'éclairage, est encore largement méconnu par ceux des réseaux informatiques et télécom. Hors, ce sont bien ces acteurs de terrain qui distribuent, installent et gèrent ces réseaux locaux. Cette chaine de valeur ne côtoie que de loin celle de l'éclairage.

Ces causes extérieures ne doivent pas cacher des raisons propres au LIFI. Citons :

  • L'absence de normalisation garantissant l'interopérabilité des équipements. Les acteurs du secteur en sont conscients. Faire converger les idées et établir une norme sous l'égide de l'IEEE est une nécessité reconnue. Depuis juillet 2017, le "groupe d'intérêt" a soumis sa recommandation de démarrer un "groupe d'étude". Le 802.11 LC SG a ainsi démarré ses travaux à l'automne 2017. (http://www.ieee802.org/11/Reports/lcsg_update.htm). Si les étapes de la normalisation se déroulent normalement, une norme est attendue d'ici à 2019/2020 et ouvrir la voie à des déploiements dès 2021. La bonne nouvelle est que ce groupe d'étude inclut les acteurs d'origine différente : celui de l'éclairage ET celui des réseaux. Il sera intéressant d'observer ces 2 mondes se parler ! Mais, c'est une autre histoire !
  • L'absence d'intégration dans les équipements mobiles et le nécessaire recours à un « dongle » pour recevoir et émettre le signal LIFI internet. C'est un réel souci. Cependant, le « dongle » a été le marchepied précurseur de l'intégration pour de nombreuses technologies dont le WIFI.
  • L'absence de gamme de luminaires : le monde de l'éclairage est ainsi fait que les fabricants sont multiples et les gammes de produits très larges. L'ubiquité de l'éclairage dans tous les lieux où l'homme vit ou travaille est à ce prix. Esthétique et mécanique, puissance, qualité de lumière, prix, normes, ... sont autant de paramètres qui multiplient les références et qui font qu'un catalogue d'éclairage ressemble parfois à un annuaire ! Or aujourd'hui, les produits d'éclairage équipés Internet LIFI se comptent sur les doigts d'une main cantonnant leur adoption à une série de sites pilotes.
  • Le coût et le surcoût !!! le coût de la mise en œuvre d'abord : les luminaires INTERNET LIFI devront être raccordés au réseau par un câble Ethernet. Il est donc à prévoir une facture d'installation. D'autre part, le surcoût du matériel (le dongle et le luminaire) représente aujourd'hui un obstacle évident à un déploiement. Mais depuis que l'industrie de l'éclairage est entrée dans l'ère des LED et donc de l'électronique, nul doute que la courbe des prix du matériel reproduira celles qu'ont suivi de nombreux secteurs tombés dans le domaine de l'électronique !

Alors, oui, le LIFI sera dans 2 ou 3 ans une sérieuse option pour compléter le WIFI dans des environnements sensibles et en soulagement d'espaces saturés en ondes radiofréquences.
Le train est sur le quai et se prépare à partir : la lumière connectée crée les conditions de la convergence de la lumière et des réseaux. Cette convergence technique nous annonce une toute autre convergence : celle des acteurs associés à chacun des mondes. Mais ça, c'est une autre histoire !