Converger ensemble vers les communications et la collaboration unifiées

Le CDRT et Syntec Numérique vous attendent sur

 

itpartners2018 



Newsflash

Plénière commune Medinsoft/CIP/CLUSIR/CDRT…le Syntec confiant pour 2017 !

Source : site de l'AMFT : https://amft.io/amft/video-pleniere-commune-medinsoftcipclusircdrt-syntec-confiant-2017/

Plus de 130 personnes ont participé le 1er décembre dernier à l'assemblée plénière commune de Medinsoft, du CIP et du CLUSIR PACA auquel s'était joint, le CDRT, club des dirigeants Réseaux & Télécoms.

Au programme, trois conférences : l'une organisée par le CDRT sur « L'arrêt programmé du réseau RTC : Quels impacts au niveau réseaux et télécoms ? », la seconde portait sur « Les nouvelles règlementations : Quels impacts sur le numérique ? » animée par le Cabinet d'avocats AKHEOS et le CNRFID, enfin la troisième, celle animée par le Syntec Numérique sur le « Bilan 2016 et les Perspectives 2017 ».

C'est Gérard Gazay qui a accueilli à l'espace du Bras d'Or, les participants. Le maire d'Aubagne qui revenait ainsi un peu aux sources car le numérique, il connaît !

 

20161201_191445 BD

20161201_181815 BD20161201_191521 BD

 

 

Olivier Cazzulo, délégué régional Sud de Syntec numérique et Thierry Siouffi, administrateur, ont présenté les chiffres de l'année qui se termine et annoncé les perspectives pour l'année à venir.

Le Syntec Numérique annonce des prévisions de croissance à 3% pour 2017. Au cours du troisième trimestre, le rythme d'activité de l'édition de logiciels, conseil et services, et conseil en technologies était positif et s'est accéléré pour 42 % des entreprises du secteur indique le Syntec Numérique. La moitié des entreprises indiquent une progression de leur carnet de commande et 42% d'entre elles constatent une augmentation des appels d'offres. Par ailleurs, 36% des PME du secteur se félicitent d'une activité en hausse. Cette évolution laisse présager pour 2017 une croissance plus soutenue que les 2,8% attendus cette année. Le syndicat professionnel relève d'ailleurs légèrement ses prévisions et table sur une hausse de l'activité de 3% l'an prochain.

Chiffres 2016 et perspectives 2017 avec Olivier Cazzulo, délégué régional Sud de Syntec numérique

 

Extrait de l'intervention de Thierry Siouffi, administrateur de Syntec numérique

 

Avec plus de 14.000 créations nettes d'emplois en 2015, le secteur des services informatiques et logiciels continue de créer de l'emploi portant les effectifs du secteur à 427.000 salariés. Une dynamique qui s'est, selon l'Apec poursuivie en 2016 avec de fortes intentions de recrutements et un volume d'embauche plus important, et ce malgré des recrutements jugés de plus en plus difficiles par les entreprises. La tendance devrait logiquement se poursuivre en 2017 portée entre autres par les projets de mobilité, l'IoT ou encore le développement de plateformes collaboratives.

 

  • Partager

Les solutions cloud de téléphonie, de type centrex IP et iPBX virtualisé, peinent à s'imposer.

JDN : Xavier Biseul (La Rédaction) JDN Mis à jour le 08/12/15 18:36 (voir l'article original)
 
 

 
 

 
 
 
 
 

Les solutions cloud de téléphonie, de type centrex IP et iPBX virtualisé, peinent à s'imposer. Elles ouvrent pourtant la voie, enfin, aux communications unifiées.

Lire la suite...

  • Partager

La Cloud Week Paris est une initiative à portée mondiale

Le 3 juin 2015 - sur le JDN

Il se pourrait bien que nous assistions à la naissance d'un des principaux événements européens dans le domaine du cloud. Portée par EuroCloud France, la première édition de la CloudWeek Paris aura lieu du 6 au 10 juillet prochain.

pierre jose billotePierre-José Billotte est président d'EuroCloud France, l'organisation de la Cloud Week Paris. © EuroCloud France

EuroCloud France organise du 6 au 10 juillet prochain la première édition de la Cloud Week Paris. C'est sans nul doute là l'un des projets d'événement les plus ambitieux jamais lancé en France sur la thématique du cloud

Le président d'EuroCloud France, Pierre-José Billotte, nous explique la philosophie de cette initiative et le programme de cet événement.

 Information et inscription sur le site de la Cloud Week Paris

JDN. Quelle est l'ambition de la Cloud Week Paris ?

Pierre-José Billotte. Avec la Cloud Week Paris dont nous organisons la première édition cette année, nous souhaitons créer un événement d'envergure européenne avec une portée mondiale. Un événement d'une semaine durant lequel le cloud sera abordé sous tous ses angles. L'objectif est de faire en sorte que les acteurs européens et internationaux du cloud s'intéressent au marché français, et ainsi de créer une émulation entre acteurs français et internationaux. 

Dans cette optique, Cloud Week Paris se veut être un événement fédérateur. Au fil de la semaine, il regroupera toute une galaxie d'événements portés par diverses organisations françaises partenaires d'EuroCloud France. C'est ce qui nous permet d'afficher d'emblée un objectif de 4000 participants. Avec cette force de frappe, notre objectif est de hisser la Cloud Week Paris parmi les tout premiers événements mondiaux sur la thématique du cloud computing.

"On parle déjà de la Cloud Week Paris en Chine"

Nous avons aussi choisi de mettre en avant Paris afin de faire rayonner l'événement car le nom de notre capitale véhicule une charge émotionnelle forte partout dans le monde. Notre but est ainsi d'inscrire la France dans le réseau et l'écosystème mondial du cloud computing. Ces arguments nous permettent d'ailleurs déjà de nouer des liens avec des évènements équivalents à l'étranger. C'est notamment le cas avec la China Cloud Computing Conference qui regroupe chaque année 3000 personnes à Beijing. Nous rencontrons ses organisateurs cette semaine. 

Quels seront les moments forts de la Cloud Week Paris ?

Ce n'est pas la vocation d'EuroCloud France de couvrir toutes les questions liées au cloud. Notre mission est plutôt d'animer le marché, et de jouer le rôle de tête de gondole. C'est dans cette optique que nous organisons au début de la semaine ce que nous avons appelé la Conférence des visionnaires. Nous y avons invités 8 intervenants internationaux, pour qu'ils détaillent leur vision du cloud dans 10 ans. L'objectif est d'amener les participants à prendre du recul et de la hauteur. Nous avons souhaité inviter des personnalités issues de différentes régions du monde, et continents, qui apporteront chacune une vision complémentaire.

Durant la semaine se succéderont ensuite entre 15 et 20 événements sur des thématiques du cloud plus spécialisées et opérationnelles. Ils sont portés par les meilleurs acteurs de chaque domaine [NDLR Cloud Confidence sur la sécurité et la confidentialité des donnéesForum Atena sur les smart citiesTransition Numérique + sur la transformation numériqueCDRT sur la communication unifiée dans le cloud...].

La Cloud Week Paris reste-t-elle géographiquement centrée sur Paris, ou avez-vous également une ambition plus nationale ?

"La Cloud Week Paris a aussi pour objectif de s'ancrer dans les territoires"

L'événement a aussi pour objectif de s'ancrer dans les territoires. Nous avons eu des demandes d'adhésion d'acteurs souhaitant organiser des événements territoriaux. C'est le cas du clusters d'entreprises numériques FrenchSouth.Digital qui souhaitait monter un événement sur l'implantation du cloud en région PACA. Dans la même logique de territorialisation, la ville d'Issy-les-Moulineaux a souhaité s'impliquer et organiser une conférence sur la question de la ville numérique. 

Plus globalement, Cloud Week Paris cherche à s'ancrer dans le pays en impliquant aussi les acteurs institutionnels et politiques dans l'économie du cloud. Dans cette optique, nous nous sommes rapprochés de la Région Ile-de-France, de la ville de Paris, de la Secrétaire d'Etat chargée du numérique, de l'ANSSI... Tous nous ont apportés leur soutien. 

 Information et inscription sur le site de la Cloud Week Paris

Pierre-José Billotte est président d'Eurocloud France et fondateur de revendreducloud.com.

  • Partager

Les communications unifiées dans le Cloud, toujours à l'horizon

 article extrait de la "lettre du cloud" du 28 Août 2015

Une conférence du CDRT, organisée dans le cadre de la Cloud Week Paris, a analysé les difficultés de décollage du marché des communications unifiées en mode SaaS.

Le CDRT (Club des Dirigeants Réseaux et Télécom) regroupe 72 sociétés « toutes impliquées dans la convergence de l’informatique et des télécoms ». Stéphane Grasset, son président, a déclaré en introduction que « malgré l’explosion imminente des UCaaS (Unified Communications as a Service), annoncée chaque année, depuis 5 ans, le taux d’adoption en France reste bas, à 6 % ». Les UCaaS réunissent l’ensemble des outils de communication en entreprise en un seul système, assurent leur interconnexion et proposent un modèle de livraison Cloud : « ressources en libre-service, ouverture, mutualisation et paiement à l’usage », a listé Stéphane Grasset.

Hugues de Bonnaventure, country manager chez lifesize, éditeur de solutions de visioconférence et de communications, sent une vrai appétence du marché pour ce type de solutions UCaaS et « la bascule vers notre solution Cloud de visioconférence est plus rapide qu’anticipé ». Laurent Bizos, directeur avant-vente et développement Cloud chez Mitel, « expert des communications d’entreprise », a reconnu que « la téléphonie, tout le monde en a besoin mais ça n’est pas ce qui fait rêver le client, ni emporter les contrats ». Mobilité et ubiquité, combinaison de la présence et du chat, collaboration et communications unifiées sont des mots beaucoup plus séduisants à l’oreille des clients.

Comment expliquer la lenteur de l’adoption ?

Hugues de Bonnaventure, de Lifesize, n’a pu que constater que « la barrière psychologique des clients liée à la sécurité et à la confidentialité des communications est réelle. Nous estimons pourtant mettre en œuvre des moyens de sécurisation supérieurs à ce que la plupart des clients peuvent se permettre ». De son côté, Bertrand Pourcelet, directeur général de Centile, un des pionniers du UCaaS, a souligné l’absence d’interconnexion globale des solutions et la multiplicité des interfaces. Or, « les utilisateurs, éduqués par les produits grand public et par les poids lourds comme Microsoft, exigent une intégration globale des outils en mode Cloud, tous accessibles à travers une interface unique ». La pression des Skype et autres Facetime se fait bien sûr aussi ressentir financièrement : « tout le monde veut ces nouvelles applications mais plus personne ne veut les payer. Les freemiums mettent la pression sur les prix mais aussi sur la qualité et la simplicité de déploiement ».
L’unique solution semble être de proposer par dessus « des services de sécurité et d’interconnexion avec les autres systèmes de communication », a analysé Hugues de Bonnaventure.
Patrick Bergougnou, PDG de Cirpack, éditeur de logiciels de téléphonie Cloud, a rappelé enfin que « la mise en place d’un système de communications unifiées change la manière de travailler : les entreprises structurées verticalement peuvent avoir du mal à s’adapter à cette culture de communication horizontale ». Or, c’est tout l’intérêt des solutions Cloud, par exemple de visioconférence, d’élargir le champ d’action de l’outil à l’ensemble des employés. Cependant, un obstacle majeur ne doit pas être oublié : l’organisation du marché et « les réticences des partenaires qui anticipent une baisse de leurs revenus liées au déploiement et à la maintenance et qui sont dans l’obligation de se réinventer », a souligné Hugues de Bonnaventure. En effet, comme l’a expliqué Laurent Bizos : « il se produit le même phénomène que dans l’IT, avec des éditeurs en train de devenir leur propre fournisseur de services Cloud. Si l’intégrateur veut conserver un rôle clé, il doit abandonner son modèle de commission sur la revente des équipements pour offrir de nouveaux services d’accompagnement ». Sa connaissance de l’historique, sa proximité avec les clients et sa compétence pour s’intégrer aux systèmes existants font de l’intégrateur le bon acteur pour cette offre de services.

Reste à relever le défi de la formation des techniciens des télécoms à ce nouveau monde, où la place de l’informatique devient prépondérante et qui verra peut-être le téléphone fixe disparaître des bureaux, « comme c’est déjà le cas dans des entreprises d’Europe du nord », selon Laurent Bizos.

Hervé Baconnet
Journaliste

  • Partager

Lancement officiel de la première « Cloud Week Paris »

CWP

C’est à l’hôtel Peninsula de Paris que l’association Eurocloud France a officiellement annoncé à la Presse et à ses membres ce matin la tenue de la première « Cloud Week Paris », qui se déroulera du 6 au 10 juillet 2015 dans divers endroits de la capitale. Selon Pierre-José Billotte, président, un événement de cette envergure est une première en Europe et sans doute aussi dans le monde. Il a profité de cette conférence pour lancer un appel à projets.

Nous vous annoncions l’événement il y a quelques temps déjà (cf. La première « Cloud Week Paris »). Mais cette fois, quatre semaines à peine après la prise de décision, l’événement est sur les rails et apparemment déjà bien parti : les auditeurs de ce matin semblaient enthousiastes à l’énoncé du contenu et des ambitions de l’événement. Rappelons qu’Eurocloud souhaite que la « Cloud Week Paris » soit, toute une semaine durant, un rassemblement des énergies et des initiatives autour du cloud computing, pour donner à Paris et à l’Île de France rien moins que le statut de 1ère place du cloud en Europe. L’événement sera placé sous le haut patronage de madame Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique.

Le public ciblé est très large et va des acteurs de la profession aux utilisateurs en passant par les universitaires, les chercheurs, les consultants et experts ou encore les journalistes. Au total, Pierre-José Billotte espère y rassembler quelque 4 000 personnes.

Partenaires existants et à venir

Fédérateur, l’événement va permettre à tout organisme privé ou public agréé par le comité directeur de produire un événement autour du cloud au cours de cette semaine. Au cœur des nouvelles technologies, le partenaire pourra gérer son événement comme il l’entend, à l’endroit où il le souhaite dans Paris, sous réserve de l’accord du comité de pilotage d’Eurocloud. Pour cela il signera une charte avec Eurocloud, assurant la visibilité de la marque « Cloud Week Paris » sur l’ensemble des supports.

Cinq partenaires ont d’ores et déjà été agréés et ont signé leur convention en direct ce matin à l’hôtel Peninsula. Il s’agit de l’association Transition Numérique +, de l’ISEP, grande école d’ingénieurs qui envisage d’organiser une journée complète, avec notamment une conférence sur la sécurité, un « barbecloud » le midi et la présentation des formations de l’école. S’y ajoutent l’association Cloud Confidence, qui prépare un événement d’une demi-journée en partenariat avec le MEDEF (qui devrait également être partenaire de la Cloud Week Paris), du CDRT (Club des Dirigeants Réseaux et Télécoms) et de Forum Atena. Philippe Recoupé, président de ce dernier, envisage un forum autour de la ville intelligente, en partenariat avec la ville d’Issy les Moulineaux, où une partie de l’événement pourrait avoir lieu.

Les partenaires pourront également être institutionnels : chambres de commerce et d’industrie, associations professionnelles, écoles, media etc. D’ores et déjà, la Cloud Week Paris a obtenu le soutien de la mairie de Paris, de la région Île de France, du ministère de l’économie et du CNN. À ces partenaires confirmés s’ajoutent le CIGREF, le MEDEF, Syntec Numérique, l’AFDEL… qui devraient tous prochainement également apporter leur soutien à l’initiative.

Enfin, cinq sponsors privés de l’événement se sont d’ores et déjà positionnés : IBM et TelecityGroup dans la catégorie platine, Juniper Networks oodrive et Fujitsu RunMyProcess dans la catégorie or.

Temps forts

Plusieurs sites répartis dans la capitale accueilleront donc la Cloud Week Paris, y compris des lieux numériques. Parmi eux l’hôtel Peninsula, la maison de la chimie, le « Tapis Rouge » et le palais Brongniard.

La semaine sera délimitée par deux événements phares : une conférence d’ouverture le lundi 6 juillet de 14h à 19h à la maison de la chimie et une conférence de clôture le vendredi 10 juillet de 9h à 13h au palais Brongniard.

Sur le thème « le cloud dans 10 ans », la conférence d’ouverture (gratuite – traduction simultanée des interventions assurée) doit voir intervenir dix visionnaires, cinq français et cinq étrangers (leaders d’opinion, chefs d’entreprises etc.) qui viendront pendant une vingtaine de minutes chacun livrer, seuls sur scène, leur vision du cloud dans les années à venir.

La conférence de clôture sera quant à elle dédiée aux utilisateurs : en partenariat avec le CIGREF, DSI et utilisateurs livreront leur vision du cloud. Elle sera suivie de la 9ème cérémonie de remise des trophées Eurocloud et d’un discours de madame Axelle Lemaire, qui marquera la fin de cette semaine qui promet d’ores et déjà d’être très intense.

Si vous avez un projet d’événement autour du cloud, c’est le moment de vous inscrire dans cet événement fédérateur que sera la Cloud Week Paris : il reste encore quelques possibilités.

  • Partager